Facebook
Thierry Sagnard
03410 Premilhat
Tél : 06 71 02 76 62
  • A'D'ELEC 03
  • A'D'ELEC 03
  • A'D'ELEC 03
  • A'D'ELEC 03
  • A'D'ELEC 03
Accueil > Articles de presse, Liens... > La Montagne - Mars 2016

Article du journal La Montagne dans le cadre de la semaine de l'Artisanat dans l'Allier en Mars 2016:

La Montagne parle d'un nouvel électricien et antenniste à Montluçon

 

"Les stages de préparation à l’installation affichent complets dans l’Allier. Pour la Chambre des métiers et de l’artisanat, une bonne préparation est la clé de la réussite.
Malgré un contexte économique morose, « l'artisanat est toujours créateur d'emplois ». Michel Allavena, animateur à la chambre des métiers et de l'artisanat est affirmatif.

Le fait que tous les stages de préparation d'installation (obligatoire pour s'installer, N.D.L.R.) organisés dans l'Allier par la chambre des métiers et de l'artisanat soient complets confirme ces dires.
Que ce soit lié à un concours de circonstance ou une volonté pure, les porteurs de projet sont tous motivés par « l'envie de voler de ses propres ailes ». « Ça me trottait dans la tête depuis un moment, reconnaît Thierry Sagnard, qui envisage de s'installer sur Prémilhat et ses environs comme électricien antenniste. J'ai été victime d'un licenciement économique donc je me suis lancé. »
Patron à 21 ans : 
Certains n'attendent même pas de cumuler les années de tant que salarié pour se lancer, à l'image de Jean-Charles Oddon. « Planté » par le patron chez qui il devait faire son BTS gestion du bâtiment, le Montluçonnais de 21 ans, décide de se mettre à son propre compte en tant que plombier en dépit d'une forte concurrence dans le secteur.
Concurrence plus ou moins forte, nouvelles normes plus ou moins drastiques, etc quel que soit leur secteur, les futurs artisans et micro-entrepreneurs ont conscience des difficultés économiques. « Dans la vie il faut faire ce que l'on aime », préfèrent se dire Virginie Riom, qui souhaite devenir traiteur en cuisines exotique et du monde, et Karima Hadjab, qui veut ouvrir une pâtisserie orientale et américaine.
Faire ce que l'on aime ne veut cependant pas dire le faire n'importe comment. Les jeunes créateurs ou repreneurs savent que la clé de la réussite réside au-delà de leur savoir-faire dans une bonne gestion.
Nicole Negron, formatrice à la Chambre des métiers et de l'Artisanat de l'Allier depuis 20 ans estime qu'il n'est pas plus compliqué de s'installer aujourd'hui mais en plus d'un bon professionnel, il faut être un bon gestionnaire et un bon commercial. Ils doivent se poser la question de qui va faire la gestion. S'ils ne veulent pas faire la comptabilité, ils peuvent déléguer mais ils ne doivent surtout pas faire l'autruche. »
Florence Farina"

Article La Montagnearticle La Montagne